Un aviateur à Authon Jean-Michel Gazeau

James Serrault
James Serrault est passionné par l’aviation depuis 45 à 50 ans, mais n’a jamais pu s’adonner à cette passion durant sa vie professionnelle.

Peintre décorateur de formation, il a fait l’école des Beaux Arts de Tours, a réalisé des décors de théâtre, de la peinture publicitaire et aussi suivi une formation avec un 1er ouvrier de France sur des décors de faux bois et de faux marbre.

En suivant le parcours professionnel de M. Serrault, on peut aisément comprendre que cela laissait peu de temps pour les loisirs.

En effet, sa vie professionnelle s’est déroulée longtemps à l’étranger. Après une année de service militaire à Madagascar où il dessinait des cartes pour les manœuvres à la chancellerie de Tananarive, il resta sur place à sa libération et créa une société de peinture publicitaire. Il restera ainsi 11ans à Madagascar de 1954 à 1965 et 4 ans sur l’île de la Réunion.

De retour en France en 1969, il recrée une nouvelle affaire puis devient plus tard VRP multicarte. Sillonner jusqu’à 16 départements pour contacter des distributeurs pour 8 fabricants différents en parcourant plus de 100 000 km par an occupait bien les journées.

De bien belles décorations
Devenu authonais à partir de 1986 les très gros travaux de restauration à la Rondinerie ne laissaient pas beaucoup de temps pour autre chose, mais le résultat est une réussite.

A la retraite depuis 1992, c’est un peu plus tard que le désir de voler se réveille à nouveau.
James Serrault passe son brevet d’ULM (Ultra Léger Motorisé) en 1996 à Sorigny près de Montbazon.

C’est la même année que, lors d’une exposition d’aviation à Blois, il a découvert un avion qui lui plaisait et a eu l’idée de le construire. La belle cabine de cet avion était exposée, mais le prototype n’était pas encore construit. Il en a acheté les plans, a acheté la cabine et a décidé de construire le reste de l’appareil.

Prêt à voler...
C’est un avion canard : un biplace ONYX BI. Particularité : il a le moteur et les ailes porteuses à l’arrière.

Un ingénieur, M. Piel, avait conçu cet avion, cet ONYX, en monoplace. Les plans ont été repris par un autre ingénieur aéronautique qui en a fait un biplace aux normes ULM.

Equipé d’un moteur Rotax - bombardier de 65cv avec hélice propulsive à l’arrière, il pousse au lieu de tirer.

Il peut aussi planer, avec une finesse de 17, c’est-à-dire qu’à 1000 m de hauteur, il peut encore faire 17 km sans moteur, en planant.

Dernière inspection !
M. Serrault se met donc a construire cet avion : il achète alors des longerons d’ailes, puis construit la carcasse en bois, polystyrène et toile. La construction de l’avion a demandé 4900 heures de travail pendant 5 ans. Cela a demandé beaucoup de patience. Ce n’est pas seulement un exploit technique, mais aussi esthétique par la beauté de l’appareil et par le soin professionnel apporté à sa décoration imaginée par l’auteur. Ce travail s’est fait dans le grenier de sa maison, situé au dessus du garage, là où il avait installé un atelier.

Lorsqu’elles furent terminées, il a fallu découper le plancher du grenier pour en sortir les ailes qui font 4m70 d’envergure sur 1m60 de large. Il fallait les passer sur champ entre les poutres. L’avion fut assemblé à l’extérieur avec l’aide du concepteur, M. Roland François, Ingénieur. La mise en place du moteur s’est faite sur un châssis en bois, puis métallique.

L’avion fut terminé au début de l’année 2003. Il est maintenant à l’aérodrome du Breuil où se rend régulièrement M. Serrault quand les conditions météorologiques sont favorables à un vol. Et c’est ainsi que l’on peut quelquefois apercevoir un avion canard au-dessus d’Authon…
Décor de rêve...